20200410 Istres en LAF

LE CIEL S’ÉCLAIRCIT POUR ISTRES PROVENCE VOLLEY

 

Décidément, le club provençal sera passé par des épisodes émotionnels bouleversants. Tantôt optimiste à la suite de la réunion de la Commission Sportive de la LNV du 31 mars puis, pessimiste suite à la réunion du Bureau Directeur de la même instance qui s’est tenu le 1er avril et à  nouveau optimiste après le Comité Directeur de ce matin et qui valide les propositions de la Commission Sportive. Ouf ! Enfin ! Direz-vous.

La position du Club d’ISTRES PROVENCE VOLLEY qui avait qualifié cette décision d’injuste et d’inéquitable a peut-être eu son effet. Pourtant, il n’en a rien été selon l’aveu même du Président. C’est la position des Clubs garçons qui a pesé dans la balance. A la quasi unanimité, ils rejetaient, l’éventualité d’une saison blanche sans montée ni descente  et privilégiaient l’arrêt des championnats avec une montée et une descente par division conformément au classement arrêté au 12 Mars.

Du coup, IPV se trouve dans une position favorable pour accéder en LAF suite à son parcours sans faute tout au long du championnat.

C’est donc une nouvelle aventure qui commence pour les dirigeants du club qui attendaient cette nouvelle avec impatience. Cependant le parcours n’en est pas fini pour autant car d’autres épreuves vont se profiler dans les jours à venir : d’abord auprès de la DNACG à qui il faudra montrer pattes blanches, mais aussi auprès de la LNV qui attend que le club réponde parfaitement aux cahiers des charges imposés à tous les clubs de chacune de ses divisions. Ce ne sera pas une mince affaire d’autant que la conjoncture économique qui se profile suite à la pandémie, risque de bouleverser pas mal de certitudes pour tout ce beau petit monde. Quels seront les implications des collectivités dans le sport ? Est-ce que les partenaires voudront poursuivre l’aventure ?

Bref beaucoup de questions qui restent sans réponse. Et selon le Président d’IPV : « Il y a plus d’urgence à s’occuper d’endiguer le virus qui touche tout le monde, de protéger nos soignants et tous ceux qui interviennent de près ou de loin dans le fonctionnement du pays en prenant tous les risques, de soutenir tous ceux qui souffrent, que de se préoccuper du volley. Mais pour autant, il convient aussi de penser à l’avenir du Club et nous y travaillons depuis le début».